Une histoire de rupture

21

1 avril 2016 par ifeelblue

paillasson

Il savait que s’il franchissait cette porte, il ne pourrait plus revenir en arrière. Alors il resta planté là, indécis et immobile.

« Je te préviens, si tu franchis cette porte, c’est fini entre nous », avait-elle lancé.

Est-ce qu’il avait envie que ce soit fini entre eux? Est-ce qu’il avait envie de mettre un terme à cette relation? Il n’était pas sûr, il ne savait pas vraiment. Comment être sûr à 100% de vouloir tirer un trait sur ces 10 dernières années? On n’efface pas ça comme ça. On n’efface pas ça en franchissant une porte à la peinture écaillée et à la serrure à moitié rouillée. À certains moments, il lui était arrivé d’imaginer sa vie sans elle. Sa vie de célibataire. Plus facile, moins contraignante. Plus heureuse? Il n’arrivait pas à transformer ce point d’interrogation en point final.

Le silence était pesant.

Elle, debout dans le couloir, les traits figés par la colère. Lui, devant la porte ouverte, la main encore sur la poignée. Ils attendaient tous deux qu’il prenne une décision.

Elle soupira. Il lui tournait le dos alors il ne voyait pas que des larmes s’étaient mises à couler doucement sur ses joues, emportant avec elles son mascara pas du tout waterproof.

Ses yeux étaient fixés sur le paillasson. Ce paillasson qu’ils avaient acheté le jour où ils avaient signé le bail. Il se rappelait qu’ils avaient trinqué dans le PMU en bas de la rue et qu’entre deux gorgées, elle avait lancé : « il nous faut un paillasson! » Ça lui arrivait souvent, de balancer ce genre d’affirmations à moitié saugrenues quand ils prenaient l’apéro. Un jour, en s’acharnant contre une pistache, elle avait soudain levé la tête et s’était exclamée qu’ils devraient regarder le tour de France, cet été. Il n’avait pas cherché à comprendre l’enchaînement d’idées qui l’avait fait passer d’une pistache récalcitrante à un événement sportif dont, pourtant, elle se contrefoutait. Cet été-là, ils avaient religieusement regardé le tour de France. Tout comme ils étaient allés acheter ce paillasson en sortant du PMU. Elle l’avait laissé choisir, elle n’était pas du genre à imposer ses goûts. Elle imposait déjà le paillasson, elle n’allait pas en plus décider lequel acheter. En sortant du magasin, il l’avait prise dans ses bras et l’avait embrassée. Comme ça, au milieu de la rue.

« Bon… Tu fais quoi? Tu t’en vas ou quoi? » dit-elle d’une petite voix tremblante.

Il comprit qu’elle était en train de pleurer. Son regard toujours fixé sur le paillasson, il prit sa décision.

_____________

C’était ma participation à l’Atelier des jolies plumes, un atelier d’écriture virtuel créé par Célie et Fabienne. Chaque mois, nous recevons un thème sur lequel écrire. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez écrire à latelierdesjoliesplumes@gmail.com.

Ce mois-ci, il n’y avait pas de thème mais une première phrase imposée :

« Il savait que s’il franchissait cette porte, il ne pourrait plus revenir en arrière »

Que se passe t-il pour votre personnage ? Pourquoi ne devrait-il pas franchir cette porte ou pourquoi devrait-il au contraire ? Qu’est ce qu’il l’attend après ? Qu’est ce qu’il s’est passé avant ? Que risque t-il de regretter ? et tant d’autres questions.

Textes des autres participants:

(à venir)

Photo credit: openuser via Foter.com / CC BY-SA

Publicités

21 réflexions sur “Une histoire de rupture

  1. roniademoulin dit :

    A reblogué ceci sur Une vie aux couleurs arc-en-cielet a ajouté:
    Un très bel article que je vous invite à découvrir. Un très bel article qui me fait penser : et, je m’en suis allée.

  2. sweetiejulie dit :

    Alors il est parti ou pas ??!!
    Je dis aussi des choses comme ça de temps en temps, mais c’est dans la spontanéité et la folie du moment – c’est rare que ça se concrétise…
    Par contre pour avoir déjà vécu ce moment du « Tu pars, tu ne reviens plus », c’est assez douloureux, et plein de points d’interrogations… Beau texte, merci !

  3. Emilie dit :

    Très joli écrit ! Ca m’a l’air sympa ce concept d’atelier d’écriture 🙂

  4. Edgar dit :

    J’ai eu peur, j’ai cru que c’était autobiographique ^^.

  5. doume dit :

    J’aime bien ton texte, même si je n’aime pas du tout ce genre de fille-enfant capricieuse ! 🙂
    Je n’ai pas trouvé l’atelier d’écriture et les textes du mois précédent ? 😦

    • ifeelblue dit :

      ça faisait un moment que je n’avais pas participé à l’atelier… tu peux retrouver tous les textes que j’avais écrit pour l’atelier en cliquant sur la catégorie « Atelier d’écriture » si le cœur t’en dit 😉

  6. lipspicntrips dit :

    Coucou ! Je ne connais pas du tout ces ateliers mais tu m’as vraiment donné envie de m’y intéresser. J’ai adoré lire ton petit texte, surement parce que je pense qu’il peut très facilement m’évoquer certaines choses. C’est très bien écrit en tout cas !
    Bisous !

  7. mistigriffe dit :

    Ton texte est super, un vrai talent

  8. Tinhy dit :

    C’est un très beau texte, vraiment. Je suis soulagée qu’il soit fictif 🙂

    A bientôt xx

  9. Marie Kléber dit :

    J’aime beaucoup la part de mystère. Parce qu’au fond on ne sait pas quel est son choix. On peut tout imaginer!

  10. J’aimerai croire qu’il ne s’en est pas allé, il y a de cela un mois j’aurai même été sûre qu’il serait resté… Mais aillant vécu ma première vraie rupture, malheureusement, j’ai réalisé que ce n’était plus aussi simple que ça!

    Très beau texte, en tout cas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

Recevoir des alertes par email à chaque nouveau billet.

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez ifeelblue sur Hellocoton
%d blogueurs aiment cette page :