C’est arrivé près de chez moi

60

31 mars 2015 par ifeelblue

enfant

J’apprends régulièrement des trucs sur la maison que je loue actuellement. Par exemple, le fait que les anciens locataires ne payaient pas leurs factures et ont donc vécu quelques temps sans électricité (= sans eau courante puisqu’il faut de l’électricité pour faire fonctionner la pompe) avec leurs trois enfants. Ou encore qu’un des anciens propriétaires faisait pousser de la weed dans le sous-sol. Rien de bien méchant, donc.

Mais hier, j’ai appris quelque chose qui m’a bien secouée, et à vrai dire, je suis encore sous le choc. Une voisine avec laquelle je papote régulièrement m’a révélé qu’un de mes voisins (celui qui vit dans la maison juste à côté de la mienne) est un pédophile. L’affaire remonte à une dizaine d’années et impliquait la petite-fille (âgée à l’époque de 5 ans, mon voisin ayant alors 32 ans) de ma voisine. L’homme a plaidé coupable et a été condamné à un an de « probation » et « counselling ».

Alors voilà, je suis dans un état un peu bizarre, je ne sais pas trop quoi faire de cette information, je n’arrive pas à déterminer à quel point tout cela m’affecte. Que penser, comment réagir.

D’un côté, je me dis que c’est arrivé il y a 11 ans, il est peut-être suivi par un psy depuis tout ce temps… Et si nous prenons des précautions (= ne jamais laisser Mini Blue sans surveillance à proximité de cet individu), y a-t-il vraiment un risque? Un pédophile est-il capable d’entrer par effraction pour assouvir ses pulsions, ou n’y a-t-il aucun danger de ce côté-là?

Et puis quand j’habitais en ville ou n’importe où ailleurs, qu’est-ce qui me dit qu’il n’y avait pas de pédophile ou prédateur sexuel dans mon quartier? Si je déménageais, quelle garantie aurais-je qu’aucun de mes nouveaux voisins ne représente un danger pour mon futur enfant? C’est le genre de situation qui rend complètement parano et fait voir le mal partout par la suite…

Quelque part, j’en veux à mes autres voisins, ceux qui vivent ici depuis des décennies et qui ont forcément connaissance de l’histoire, de ne jamais m’avoir mis au courant alors qu’ils savent que je suis enceinte. Ils n’ont rien dit non plus à un autre couple qui vit juste à côté avec une petite fille de 5 ans.

Je ne pensais pas demander un jour à ce voisin de garder Mini Blue, mais on ne sait jamais, en cas d’urgence, d’imprévu… Maintenant je sais que cela n’arrivera jamais.

Il n’y a pas de conclusion à ce billet parce que je suis complètement dans le flou par rapport à tout ça. Je suis en train de digérer l’information, c’est un peu le bordel dans ma tête.

Photo credit: Sharon Drummond / Foter / CC BY-NC-SA

Publicités

60 réflexions sur “C’est arrivé près de chez moi

  1. Bernieshoot dit :

    c’est incroyable que les autres se taisent .. c’est quasi criminel .. je sais pas si je pourrais rester

    • ifeelblue dit :

      je trouve ça hallucinant aussi que les autres voisins n’aient jamais rien dit…

      • Melgane dit :

        Tu sais ce genre de trucs… par exemple ma mère est instit’, il y a quelques années elle est arrivée dans une nouvelle école. Un instit’ prenait ses élèves sur ses genoux. Certainement que tous les autres instit’ de l’école l’avait remarqué, que ça se savait, depuis le temps. Pourtant ma mère a été la première et certainement la seule à aller en parler à l’inspecteur… Je crois que c’est très… comment dire… communautariste en quelques sortes… C’est comme… Une experte en harcèlement au travail, qui travaille actuellement dans un lycée, m’a dit que, si jamais un prof harcelait (moralement, pas sexuellement) un élève et l’élève sans plaignait aux autres profs il y aurait rarement suite parce que les profs entre eux se protègent.

        • ifeelblue dit :

          ouais je sais pas si c’est pour ça que les autres ont rien dit… par exemple l’autre couple avec une fille de 5 ans, le gars qui leur a vendu leur maison il y a 3/4 ans est un autre voisin, forcément il allait pas leur dire ça sinon il aurait jamais réussi à vendre sa maison… :/

  2. carrie4myself dit :

    Previens tes voisins aussi et ne fais jamais garder Mini Blue par ce voisin!

  3. C’est vraiment dingue que personne n’ai jamais rien dit alors que tu as une toute petite et que t’es enceinte!Pardon mais les gens sont cons! redemption ou pas qu’il ai change ou pas , ca change rien!

  4. Pimpf dit :

    Ayant un enfant et apprenant ce genre d’informations je serai moi aussi surpris et inquiet de ne pas avoir été informé plus tôt. Après comme tu le dis il peut être suivi et traité , il peut ne rien avoir, il faut juste être prudent comme avant et ne pas partir en vrille non plus. Par contre informer tes voisins avec un enfant, est une bonne chasse, sans partir dans une espèce de chasse au sorcière qui ne serait pas justifié , il faut juste être vigilant et prudent. Mais je comprends tout à fait ton inquiétude.

  5. cestmoijasmin dit :

    C’est comment dire…super glauque…

    Personnellement je ne pourrais pas rester, j’ai une aversion sans nom (comme tout le monde tu me diras) pour ce genre de personnes et de le croiser, le voir, me donnerait envie de gerber. Et puis je trouve ça important de vivre dans un cadre positif. Alors oui, on n’est pas à l’abri ailleurs mais le % de chance qu’il y’ ait un pervers sexuel autour de chez toi est en général asse rare, enfin je pense.

    Bon courage. A mon avis il t’en faudra pour ne pas aller lui casser la gueule. 11 ans après ou pas, ça reste une ignominie et il n’y ‘a pas de date de péremption(ou de pardon) pour ça.

    • ifeelblue dit :

      c’est très très glauque, c’est clair… je le vois quasi jamais et je crois avoir à peine échangé 2/3 mots avec lui en tout, par contre je vois souvent ses parents (ouais, il a 40 piges et n’est jamais parti de chez ses parents) que je trouvais super gentils mais du coup maintenant que je sais la façon dont eux ont réagi à l’affaire (genre la mère qui dit à la petite fille de le répéter à personne blablabla), ça fait l’effet d’une douche froide…

    • Anonyme dit :

      C’est horrible de dire sa, vous ne savez même pas ce qu’il as fait!
      C’est peu être pas si grave que sa, c’est peu être même inventé , et quan bien même je pense que le monsieur il as pas choisi d’être comme sa, sûrement qu’il a des pulsion qu’il ne peu pas contrôler , et pri être qu’il est contient que c’est et Qu’il se soigne.
      En traitant ce genre de personnes commes des montres sa n’arrangera rien au contraire .

      • ifeelblue dit :

        y a rien d’inventé, j’ai trouvé un extrait de journal qui parlait de l’affaire donc ce ne sont pas des rumeurs, mais des faits avérés. Je pense que personne ne choisit d’être pédophile effectivement, mais de là à dire « c’est peut être pas si grave que ça »… on parle quand même d’attouchements sur un enfant de 5 ans…

  6. heylinaa dit :

    Je comprends ton choc et tes inquiétudes, ça fait froid dans le dos, c’est fou de penser que des personnes se taisent sur le sujet, d’autant plus en sachant qu’il y a des enfants dans le quartier :-/ !

  7. fedora dit :

    OMG ! ça fait froid dans le dos… surtout qu’il n’y a aucun doute possible vu que le gars a plaidé coupable… je ne sais pas quoi dire… je pense que je serais dans un drôle d’état si j’apprenais ce genre de nouvelle. bisous

    • ifeelblue dit :

      ouais le gars a plaidé coupable et apparemment il s’était déjà fait choper un peu avant avec un autre enfant… j’ai essayé de trouver le jugement pour « creuser » un peu mais je n’ai trouvé qu’une brève sur un site d’info locale…

  8. Scout dit :

    Je comprends ta réaction, le choc. Je réagirais pareil à ta place. Je me poserais beaucoup de questions – même si, comme tu dis, il y a autant de probabilités d’en croiser un dans ton quartier quand tu vis en ville.

    Et si ce n’est pas pardonnable, si ça reste ignoble… J’ai un peu de mal avec le discours d’un commentaire qui dit qu’il faudra du courage pour ne pas lui casser la figure.

    Je ne justifie ni n’excuse de tels actes, que ce soit bien clair. Je serais la première à avoir la nausée, à être physiquement malade et dans une rage extrême si ça touchait un proche.

    Mais on a peu tendance à oublier que c’est une maladie… que certains pédophiles sont les premiers à souffrir de leurs pulsions et qu’il est très difficile pour eux de chercher de l’aide (avant le passage à l’acte) dans notre société, justement parce qu’on les considère comme des gens abjects.

    Ca n’atténue évidemment pas l’horreur du crime mais je trouve ça dur d’oublier cet aspect-là (je ne dis pas ça pour toi).

  9. Tootwix dit :

    Très délicat comme situation, je comprends tout à fait ton désarroi.

  10. unefamillealouestducanada dit :

    Oh l’horreur, ça fait froid dans le dos !

    Alors perso je ne pourrais pas rester, c’est clair j’aurais trop trop peur !

    Maintenant comme tu le dis si bien, tu pourrais malheureusement déménager et te trouver une nouvelle fois avec un voisin pédophile, mais quand tu le sais…..

    Pfff et d’un autre cote tu me diras au moins tu le sais, tu n’as qu’a faire très très attention à ce que Mini Blue ne se retrouve jamais en contact avec lui. Oh le dilemme de dingue !

    Bon ton blog me fait toujours réfléchir tout haut !! c’est quand même bizarre ça 😉

    • ifeelblue dit :

      je pensais à ça justement, le fait de ne pas être l’abri de déménager à proximité d’une autre personne dangereuse, genre un pédophile qui ne serait pas encore passé à l’acte et donc que personne ne « soupçonne »… enfin bon là je pars dans des gros scénarios paranos mais le truc au final, c’est qu’il n’y a jamais aucune garantie!

  11. Lydie Dee dit :

    As-tu la possibilité de vérifier qu’il s’agit d’une information sérieuse et pas d’une diffamation ?

    • ifeelblue dit :

      oui j’ai trouvé une brève sur un site d’info locale qui confirme les dires de ma voisine (qui est quand même la grand-mère de la victime, c’est pas « l’ami d’un ami d’un ami m’a dit que… »).

  12. Déjà, je me renseignerais pour savoir si c’est « vraiment vrai » et pas une diffamation (oui, parce qu’il y a aussi des gens qui disent des vilaines choses sur d’autres par vengeance, ou que sais-je encore…).. Le fait de plaider coupable, c’est peut-être aussi un moyen d’éviter que ça ne dure trop longtemps et donc que ça ne coûte trop cher en avocat, non ?
    Après, n’importe comment, que ce soit « vraiment vrai » ou « pas si vraiment vrai » ou n’importe quoi d’autre, tu auras toujours le doute…
    Aussi je comprends que tu psychotes pour MiniBlue, mais y’a pas forcément plus de risques que n’importe où ailleurs surtout si vous êtes attentifs et vigilants.. Alors, essaie de rester zen malgré tout….

    • ifeelblue dit :

      comme je le disais plus haut, j’ai trouvé une brève sur un site d’info locale qui confirme la version de ma voisine. Après, ça remonte à 11 ans et je vis dans un tout petit bled, j’ai rien pu trouver de plus.
      Il y a effectivement des raisons qui peuvent pousser à plaider coupable (réduction de peine…), mais en même temps, plaider coupable à une accusation de pédophilie, si t’es innocent, fiou c’est chaud quand même.

  13. pomdepin dit :

    Peut être aussi que les voisins ont été traumatisés et ne savent pas comment en parler…je ne sais pas, mais je comprends que ça te bouleverse. Ca me donne la nausée.

  14. hazellbh dit :

    HUm… je suis partagée
    je comprends la nausée, le rejet, la peur.
    Mais dire que c’est une maladie?
    Pas seulement… attention, ce commentaire peut heurter la sensibilité de certains:
    NON je trouve pas çà excusable
    OUI je peux comprendre.
    Parce que les « pulsions », quelles qu’elles soient, on ne les choisit pas. Est ce que c’est déviant de fantasmer sur une chaussure? Sur le fait d’être « un peu forcée par un inconnu »? D’avoir quelqu’un de jeune, très jeune, trop jeune même?
    J’ai connu quelqu’un qui avait des pulsions pédophiles. Il m’expliquait que çà le faisait fantasmer, oui, mais qu’il ne passerait pas à l’acte parce qu’il ne voulait pas faire de mal à un innocent. Il se « contentait » de sortir avec des garçons au look un peu gamin. Il était le premier à condamner ceux qui passaient aux actes. Il ne téléchargeait pas d’images réelles, seulement celles de certains mangas qui mettent en scène des protagonistes au physique très très jeune.Mais il n’était pas plus responsable de ce fantasme que moi d’aimer la fessée, tu vois ce que je veux dire?
    Alors c’est « juste » pour répondre aux commentaires, n’oubliez pas que l’homosexualité a été considérée comme une maladie pendant longtemps aussi… avoir ces pulsions la ne décharge pas l’être d’avoir un sens moral…
    Voila voila, c’était la minute « avocat du diable… »

    Sinon, blague à part, normalement, il est « signalé » et surveillé un minimum par les forces de l’ordre locales. Normalement.

    • ifeelblue dit :

      euh comparer l’homosexualité à la pédophilie? dans le 1er cas, on parle de relation entre 2 individus consentants, en âge de comprendre ce qu’est une relation sexuelle, etc. Dans le 2nd, on parle d’un adulte qui abuse d’un enfant qui ne comprend pas ce qui lui arrive, en lui disant de garder le secret, etc…

      Après, je suis d’accord avec toi pour dire qu’on ne choisit pas ses fantasmes et ses « pulsions » et ça doit certainement être très dur à vivre pour certains qui ont justement ces pulsions et s’efforcent de ne pas passer à l’acte car ils ont conscience de l’horreur du truc.

      • hazellbh dit :

        Ah mais je te rejoins complètement, on parle effectivement de consentement. Et faire quoi que ce soit à quelqu’un qui ne l’est pas ou ne peut pas l’être reste inacceptable.

        La seule comparaison que je faisais pour le coup, c’est parce que beaucoup de gens disent que la pédophilie est une maladie, alors que ce n’est à la base « que » une forme d’attirance sexuelle qu’on ne décide pas (COMME on ne décide pas d’être homo, ou scatophile, ou fétichiste des pieds…) Désolée si je me suis mal exprimée mais c’est la seule et unique comparaison que j’ai pensée ^^’
        Et donc, en ce moment, on parle encore de « maladie » pour la pédophilie alors que les meurs ont du mal à intégrer la différence entre l’attirance et le passage à l’acte, et, d’autre part, ne comprenant pas encore les mécanismes qui induisent une attirance, on ne peut vraiment parler de maladie.
        Après, et encore une fois je te rejoins parfaitement, tout acte sexuel quel qu’il soit DOIT être librement consenti par tous les protagonistes, bien évidemment.

        • Marie dit :

          En effet, ce commentaire peut heurter la sensibilité ! Je suis choquée par cette phrase « ce n’est à la base « que » une forme d’attirance sexuelle qu’on ne décide pas ». Et bien NON ce n’est pas normal d’être attiré sexuellement par les enfants, qu’il y ait passage à l’acte ou pas, et OUI ça s’appelle une maladie dans les deux cas.

          • hazellbh dit :

            Ai je dit que c’était « normal »?
            j’explique simplement que d’un point de vue purement psychiatrique les attirances ne se décident pas, qu’elles soient néfastes pour les autres ou non…
            Et « non », désolée, ce n’est pas une maladie, parce qu’une maladie, çà se soigne, ou çà se comprend, d’une manière ou d’une autre. La je parle d’un mécanisme cérébral intrinsèque à chaque être humain, qui peut éventuellement trouver un début de logique dans le passif du sujet, mais en aucun cas être entièrement expliqué par le vécu. Donc on ne peut vraiment parler de maladie. Éventuellement de déviance, encore que le terme soit inadapté et mal utilisé de nos jours…
            Je suis désolée d’insister sur ce point, mais personne, aucun être humain, quel qu’il soit, ne peut prétendre ni comprendre ces mécanismes ni diriger ses fantasmes. Une fille qui a subi un viol peut fantasmer quand même sur ce type d’acte. Elle l’assumera, ou pas, ou difficilement, peu importe! Je parle de concept d’idéal sexuel, que, encore une fois, personne ne peut décider, ni pour soi même, ni pour les autres…

            • Scout dit :

              « Une maladie ça se soigne et ça se comprend » // « ce n’est pas une maladie, non c’est inexcusable, mais oui je comprends ».

              Il n’y a pas comme une incohérence, là ? :-/

              Au-delà de ça, je ne suis pas médecin et encore moins psychiatre, je me trompe peut-être sur le label « maladie ».

              Mais je trouve trop simple de dire : on a une morale, même si on a des fantasmes, on est capable de ne pas passer à l’acte. Ce n’est vraiment pas aussi simple, quel que soit le trouble d’ailleurs (au-delà des « déviances » sexuelles). Et c’est justement parce qu’on préfère détourner le regard, qu’on préfère se dire que c’est la responsabilité du pédophile et qu’on le laisse donc seul avec ses pulsions, que ce dernier passe parfois à l’acte, après des années de « contrôle ».

              Il est évident que ma sympathie va à la victime. Mais je trouve dommage (et dommageable) d’oublier que la prévention est possible, pour peu qu’on s’en donne les moyens et que l’état mette des centres d’aide en place. Parce que beaucoup de pédophiles sont honteux d’avoir ces pulsions, et qu’ils sont les premiers à les trouver abjectes.

              (après, ça ne change rien à la situation de Ifeelblue, et j’avoue que je ne saurais pas vraiment comment réagir si cela m’arrivait. :-/ )

              • hazellbh dit :

                Alors, non, pour moi il n’y a pas d’incohérence, dans le sens ou « une maladie se soigne et se comprends » dans les mécanismes qui la régissent, mais OUI je comprends , je comprends le CONCEPT de pulsion….que blue soit mal à l’aise; oui je comprends qu’on confonde…. (pas évident, hein, quand on prend des phrases de ci de la, de se rappeler exactement ce qu’on a voulu dire…mais admettons…)
                Je ne décharge personne de ses responsabilités. Je ne prétends pas avoir la science infuse. Je ne dis pas que les pédophiles sont seuls responsables….
                Je dis que

                -le terme de maladie est mal utilisé quand on parle de pédophilie, qu’il faut bien comprendre que le passage à l’acte seul, résultant d’une incapacité à réfrèner ses pulsions, peut être considéré comme une maladie, que ce soit pour un pédophile, un voleur, ou un fétichiste des chaussures. L’attirance en elle même n’est pas une maladie, le fait de ne pas appliquer la morale et d’imposer une acte sexuel a quelqu’un qui ne peut pas donner son consentement ou le refuse, çà, oui. Nuance, donc, hyper importante.

                -je ne laisse personne tout seul avec ses pulsions, je ne condamne pas non plus la prévention, bien au contraire! Je m’exprime donc si mal que je suis comprise tout de travers?

                -ceux qui se « soignent » ont un suivi psychiatrique pour justement apprendre à ne pas céder à ces même pulsions

                -le fait de parler de castration chimique ne soigne pas l’envie puisqu’un fantasme ne se soigne pas, il empêche seulement le passage à l’acte…en coït classique (parce que on a des mains, aussi…mais je vais pas rentrer dans les détails.)

                -je parle justement d’un ami dans ce cas qui se « dégoute lui même », mais son psy essaye de lui faire comprendre (et c’est la la délicatesse du sujet) que le fantasme ne peut pas être condamnable…et qu’il ne doit pas se sentir dégouté. Qu’en revanche c’est BIEN, très bien même, qu’il se dise que c’est pas quelque chose à faire, qu’il SACHE que non, on ne touche pas à un enfant…cet homme ne fera jamais de mal à un enfant, mais peut on dire qu’il se soigne? NON, parce que ce n’est pas une maladie en soi… (le serpent qui se mord la queue…)

                -si je dois être citée, autant que ce soit fait clairement:
                « NON je trouve pas çà excusable
                OUI je peux comprendre. » dit dans le premier commentaire (encore une fois « je » conçois qu’on puisse avoir une « pulsion », quelle qu’elle soit, quel que soit le sujet…)
                « Et « non », désolée, ce n’est pas une maladie, parce qu’une maladie, çà se soigne, ou çà se comprend, d’une manière ou d’une autre » dit dans le troisième commentaire, parce que non, j’insiste, je me répète, l’attirance sexuelle quelle qu’elle soit n’est pas une maladie -____-

                Donc, pas d’incohérence. De la logique. Voila voila.

                • Scout dit :

                  Je suis désolée, mais je continue à trouver tes explications confuses voire parfois contradictoires. Après, je suis fatiguée, donc c’est peut-être de ma faute.

                  A priori, la castration chimique, associée à une thérapie, sert à diminuer le taux de testostérone et donc les fantasmes et les pulsions (puisque moins voire plus de libido).

                  • hazellbh dit :

                    je suis fatiguée aussi, peu importe au final, je me comprends, tu te comprend, la vie est belle.
                    On est d’accord pour dire qu’il ne faut pas laisser ces gens la seuls sans rien faire face à leur problème,et pour dire que Blue est bien embêtée et que c’est franchement compliqué comme situation pour elle, donc…voila 🙂

  15. Pas facile ce genre de situation surtout quand tu es parent j’imagine mais à mon avis, comme le danger est partout il ne sert à rien de fuir, mais mets en garde ta petite contre ce monsieur (explique-lui bien où il habite etc.) et s’il habite vraiment tout près, là où elle peut jouer méfies-toi. Mais déménager serait peut être exagéré parce que tu pourra tomber sur un autre endroit où là ce sera la gentil mari bien lisse et en qui tout le monde a confiance qui fait ça alors…mais j’imagine que tu te tritures l’esprit parce que s’il arrive quelque chose c’est clair que là tu va t’en vouloir et te dire « je savais »…pas facile !

    • ifeelblue dit :

      c’est clair que le danger est potentiellement partout, et on peut jamais avoir de garantie à ce niveau là… après, comme tu dis, si jamais il arrive quelque chose, paye ton sentiment de culpabilité!

  16. Lucile dit :

    Quelle horreur ! Je ne sais pas trop quoi te dire, j’espère juste que vous reussirez a vivre sereinement malgré ca…

  17. La Carne dit :

    C’est effrayant. J’en ai la chair de poule. Je pense à ma 5 ans. Sincèrement, je déménagerai, vite. Bien sur, on ne sait jamais ce qu’on trouvera ailleurs, mais là vous savez ce que vous avez. Vous savez qu’il est là. On entend trop d’histoires de récidives, de suivis foireux. J’ai bien conscience que mes mots ne sont pas rassurants. Je suis une mère angoissée. Je transfère. Je partirai. Je ne voudrai pas me dire un jour, parce qu’un enfant n’est pas sous notre surveillance intensive 24h / 24, (c’est impossible) que je savais… et que pourtant le pire est arrivé… Partez.

  18. Charlie dit :

    C’est incroyable comme les gens « oublient vite ». Parce que l’individu à fait de la prison, c’est presque chose passée. Dans le village ou j’habitait petite il y’avait un pédophile qui s’est fait arrêté il y’a quelques années de ça. L’homme avait un travail ou il était en contact constant avec des enfants, des dixaines et des dixaines de victimes.. Malgré tout ça, il a eu le culot de revenir habiter ici et tout le monde fait comme si rien ne s’était passé. Tout le monde se tait. Je ne comprend pas cette réaction, il est hors de question que je ne lui adresse ne serait ce qu’un « bonjour » sachant qui il est.
    Enfin bref, je crois que malheureusement des pédophiles, des violeurs, il y’en a partout. Déménager ne changeras peut être pas grand chose. En revanche il est je pense important d’en parler à ton enfant assez tôt. C’est toujours des sujets difficiles à aborder, parce qu’on ne veut pas faire peur… Pas facile du tout comme situation…

    • ifeelblue dit :

      là le gars a même pas fait de prison en plus…
      moi non plus je comprends pas cette réaction de rien dire, faire comme si tout allait bien… après je dis pas de le crier sur tous les toits mais au moins prévenir les gens qui ont des enfants, pour qu’ils fassent plus attention.

  19. LadySo dit :

    Ouh, c’es assez effrayant ça dis donc. J’espère (enfin, ce n’est pas le mot que je cherche) que ce n’est pas simplement de la médisance de la part de tes voisins juste parce qu’ils n’aiment pas ce voisin en particulier. Ça serait vraiment méchant.

    Et si c’est vrai (et ça a l’air de l’être)…Je crois que je chercherais vite une raison pour déménager. Mais après, comme tu le dis toi-même, ce n’est pas parce qu’on déménage que l’herbe est plus verte ailleurs…Mais bon, je sais que je ne pourrais pas rester dans une maison avec un aussi gros doute sur un voisin.

    • ifeelblue dit :

      non ce n’est pas de la médisance. Non seulement j’ai trouvé un article sur le net qui confirme ce qu’on m’a dit, mais en plus cette voisine je la vois régulièrement depuis que j’ai emménagé ici, elle aurait pu m’en parler dès le début mais elle l’a fait juste parce que je suis enceinte. Je pense que si elle voulait juste « ruiner » la réputation du gars, elle le crierait sur tous les toits.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

Recevoir des alertes par email à chaque nouveau billet.

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez ifeelblue sur Hellocoton
%d blogueurs aiment cette page :