Ce putain de complexe d’infériorité

35

19 février 2015 par ifeelblue

infériorité

En réalité, je ne sais pas si c’est vraiment un complexe d’infériorité, c’est peut-être juste un cruel manque de confiance en moi. Quoi qu’il en soit, ça m’épuise, psychologiquement.

Cette impression de ne jamais être à la hauteur, de ne jamais faire assez bien. De ne pas être assez mince, assez jolie, assez intelligente, assez intéressante… Et le moindre commentaire, la moindre réflexion suffisent à me balancer mon imperfection en pleine figure. Même si ce commentaire ou cette réflexion n’avaient pas cet objectif, même s’il s’agissait juste de choses dites en l’air, sans malveillance. Ces choses-là m’atteignent, me blessent, me renvoient cette image négative que j’ai de ma propre personne. Je m’enfonce encore un peu plus.

Comme quand mon frère me fait une réflexion sur ma prise de poids (youhouuuu je suis enceinte, c’est un peu normal), ça me renvoie à mes complexes physiques, enracinés bien profondément et dont j’ai du mal à me défaire.

J’ai lu récemment que ce qui nous fait le plus peur, à nous, humains, c’est le rejet. Ne pas être accepté par les autres, être mis à l’écart, jugé. Et on est tellement dur avec nous-mêmes qu’on « s’auto-rejette ».

Alors c’est toujours la même rengaine. S’aimer, s’apprécier à sa juste valeur… Car si on ne s’aime pas nous-même, comment peut-on envisager une seule minute que les autres nous aiment?

Et blablabla.

Je le sais tout ça.

Il faut que je passe de la théorie à la pratique.

P.S. : Cet article a été écrit lors d’un gros coup de mou, les hormones y sont peut-être pour quelque chose.

 

source image

Publicités

35 réflexions sur “Ce putain de complexe d’infériorité

  1. Pimpf dit :

    ouh la que je te comprends, avoir confiance en soi a l’air inné pour certains et si difficile pour d’autres . Comme tu le dis si bien on a toujours du mal à classer: complexe d’infériorité, timidité, manque de confiance en soi, tout cela pour dire qu’on a du mal des fois à positiver et aller de l’avant, ou du moins en façade on fait semblant que rien n’atteint mais dedans ça bouillonne, ça s’arrange un peu avec le temps du moins pour ma part, j’ai appris à prendre du recul et essayer de ne plus réagir sur le vif et que ça me touche autant les réflexions anodines qui prennent une ampleur démesurée etc… ça reste en tout cas toujours plus facile à dire qu’a faire , mais avec l’âge la sagesse et plus de recul ? 🙂 alors patience et surtout courage 🙂

  2. Scout dit :

    Doutes partagés… 🙂
    J’ai mis beaucoup de temps à acquérir un peu d’assurance, et le garçon dont je suis amoureuse a bien participé. Parce qu’il est de ceux qui aiment no matter what, sans exigences, parce que je suis moi. Mine de rien, ça fait un bien fou de l’entendre. Et j’imagine que c’est la même chose pour M. Blue, non ? 😉 Après, on l’entend, mais l’intégrer est une autre histoire quand on a grandi avec des complexes ou un manque d’assurance.
    Ceci dit, un truc qui pourrait peut-être te faire du bien si tu oses le faire : il y a quelques années, pour un dossier de candidature, j’ai dû demander à des proches (famille et amis) ce qu’ils pensaient de moi. Plus précisément, ils devaient parler de deux qualités qu’ils m’attribuaient. Et bien ça m’avait fait beaucoup de bien de lire leurs réponses, qui sortaient un peu du banal « tu es gentille et honnête » (don’t get me wrong, j’ai bien conscience que ce sont des qualités de grande valeur ^^). De savoir qu’on me voyait comme indépendante, libre d’esprit, etc.
    Peut-être que ça te ferait du bien d’avoir de tels retours ? De mon côté, ça m’avait vraiment ouvert les ailes, et j’avais apprécié leur façon objective de me voir (qui correspondait effectivement à mes choix de vie, même si je ne m’étais jamais considérée sous ces termes jusque là).

    Bref. Les gens t’aiment, c’est pour de bonnes raisons :).

    • ifeelblue dit :

      c’est super ça, le truc de demander à ses proches leurs opinions, c’est clair que ça doit faire beaucoup de bien 🙂 après, je me verrais pas le faire sans raison (genre toi c’était pour ton dossier de candidature), j’aurais peur que ça fasse un peu « je réclame des compliments »!

      • Scout dit :

        Oui je comprends… :-/
        Ceci dit, le commentaire qui te conseille de faire une liste que tu accrocheras et regarderas tous les jours est une super idée :).
        (ou sinon tu fais comme ma soeur qui, tous les matins pendant un an, a dit à son reflet dans le miroir « tu es belle, drôle et intelligente » – crois le ou pas, ça s’est montré efficace ^^)

        • ifeelblue dit :

          Ah oui ça a été efficace? en fait je pense que ça aurait beaucoup plus d’impact sur moi si ça venait des autres, mais je vais quand même tester le truc de la liste, ça peut pas faire de mal 😉

  3. Bernieshoot dit :

    mais en même temps trop de confiance est une marque de doute

  4. heylinaa dit :

    Difficile tout ça. Par contre, quand quelqu’un te dit quelque chose qui te blesse, je suis d’avis qu’il ne faut pas que tu hésites à le faire savoir, sans être dans l’offensive, mais en faisant comprendre que tel propos qui pourrait paraitre anodin à la personne, ben ne l’est pas pour toi 😉

    Après pour l’estime de soi, la peur du rejet, etc je pense que c’est quelque chose qui se travaille au fil du temps et des expériences. Bref, je ne vais pas te faire de long discours mais je t’envoie plein de réconfort virtuel et j’espère que ce vilain coup de mou passera vite 😉 ♥

  5. C’est peut-être les hormones qui font remonter tout ça oui, après, c’est peut-être une chance pour toi de te débarrasser de ce complexe d’infériorité.
    Tu pourrais écrire une liste de tout ce qui te plaît chez toi que cela soit au niveau physique ou psycho, puis tu accroches cette liste à ton bureau, histoire de t’en rappeler et en le voyant tous les jours, cela pourrait peut-être t’aider à te libérer de ce complexe. =)

  6. carrie4myself dit :

    Les hormones, la neige qui n’en finit pas, un peu de manque de confiance en soit et hop ca produit ca.
    Du courage Miss; fais des listes de tout ce qui est positif en toi et quand ca va pas, regarde les de nouveau 😉

  7. Marie Kléber dit :

    Je confirme la mise en pratique est un peu compliquée. Mais quand on commence à regarder la façon dont nous regardons les autres, on se rend vite compte que les autres nous regardent de la même façon, sans jugement la plupart du temps. Nous ne serons jamais parfaits, il faut arriver à accepter nos forces et nos faiblesses, et se souvenir de nos forces surtout!
    Bon allez je pense sincèrement que les hormones y sont pour quelque chose!

  8. pomdepin dit :

    Méfie toi des hormones, elles sont traitres et te font facilement perdre pied. Évidement que tu prends du poids, sinon ça serait inquiétant pour le bébé et toi!

  9. fedora dit :

    Ce sont les hormones ! Affirme celle qui, enceinte, pleurait devant le docteur House ^^ Sinon, il n’est pas simple de se détacher de l’opinion d’autrui… ça vient avec le temps je pense… (je suis une très très vieille femme ^^) (en vrai, je doute tout le temps et je me remets tout le temps en question… c’est pas toujours gai mais ça me semble moins dramatique que ceux qui ont un excès de confiance en eux… sont fatigants eux !!)

    • ifeelblue dit :

      ceux qui ont trop confiance en eux sont fatigants pour les autres, c’est clair, mais j’imagine que ça les mine pas, ils doivent mieux le vivre que ceux qui n’ont pas assez confiance!

    • TheMouse dit :

      Mieux… Pendant mes grossesses j’étais capable de pleurer quand mon Garfield me disait que j’avais oublié le sel sur la table (forcément je l’avais… Range dans le frigo!)!!!
      Bref…
      Je suis torturée par le doute depuis… Ma naissance! Ceux qui ne doutent pas sont des personnes dangereuses a mon avis!!!…

  10. Bienvenue dans ma tête 🙂
    Bon, déjà, clairement les hormones ne sont pas tes meilleures amies : émotions à fleur de peau, hyper sensibilité, tout ça quoi.. Mais clairement aussi, tu as cette tendance là en dehors des hormones (c’est juste pire avec les hormones quoi)… Et clairement, aussi, c’est lié à un manque de confiance en soi..
    Plus qu’un complexe d’infériorité, c’est un syndrome d’imposture chez moi : je n’arrête pas de me demander si je suis à ma place professionnellement parlant et si « on » ne me verrait pas mieux que ce que je suis… Alors, le moindre micro-souci, j’en fais une affaire d »état, je me demande où je n’ai pas assuré… Bref, je me fais de sacrés nœuds au cerveau ! (et pour peu qu’on me complimente, j’ai l’impression que ce n’est pas justifié, que j’aurais pu faire « mieux »…. )
    L’avantage, c’est que je me remets en question, toujours, tout le temps, c’est un peu usant mais ça permet aussi de sacrément avancer, de ne pas s’embourber .. à condition de savoir aussi se donner des coups de pied là où il faut pour réussir à avancer et ne pas rester paralysée !
    Avec le temps, j’y arrive quand même de mieux en mieux ! (au besoin je vais marcher dans ce cas : le mouvement physique me permet de « lancer » le mouvement psychologique, de me « calmer » aussi)
    Plus que l’opinion de l’autre, c’est l’extrême exigence que j’ai envers moi-même qui est « lourde » à porter » parfois… Mais j’y travaille, j’y travaille !
    Dans le cadre du boulot, j’avais fait un test assez rapide mais assez révélateur de tendances que l’on a, ça s’appelle « les petites voix »… La mienne, c’était presqu’uniquement « sois parfaite » !

    Essaie de te voir comme les autres te voient, avec bienveillance… ça aide !

    • ifeelblue dit :

      ahlala le « syndrome de l’imposture », ça me parle tellement, ça!!! plus le temps passe, mieux c’est, mais quand même! perso, je fais un boulot où j’ai souvent des rétroactions, des retours sur le travail fourni alors ce qui aide, c’est de voir que les évaluations sont positives. 🙂

      après, tu as raison, ça permet de se remettre en question et de s’améliorer, d’avancer… même si c’est éprouvant et pas toujours évident!

      en fait on est vraiment dur avec nous-même, on a une image de la personne qu’on aimerait être, des qualités qu’on aimerait avoir, et on se focalise là-dessus au lieu de voir les qualités qu’on a effectivement. En tout cas ton commentaire me parle beaucoup!

  11. Ginie dit :

    Je suis très très mal placée pour te donner des conseils sur ce plan là, mais si jamais tu en as je suis preneuse 😉 Bon courage ma belle

  12. Coucou toi 🙂
    Pour avoir eu et avoir encore (ais de moins en moins et en plus atténué) ce genre de passades, je dirais vraiment que la clef c’est la confiance en son soi intérieur qui du coup, pallie à son soi extérieur que l’on peut parfois ne pas aimer.
    Tu vois ce que je veux dire ?
    Perso je n’ai jamais été aussi « imparfaite » physiquement qu’aujourd’hui et paradoxalement je n’ai jamais eu autant confiance en moi et le secret il est dans la confiance en mon moi mental qui arrive à relativiser et à passer au dessus de tout 🙂

    Des gros bisous.

    Ps : en plus comme enceinte on refile à nos bébés nos sentiments essaies vraiment de te changer l’esprit, écoute un musique sympa, regarde une comédie et je suis sûre que tu relativisera au moins un peu ensuite 🙂

  13. La Carne dit :

    les hormones, sans aucun doute. Bon, ceci dit, la confiance en soi s’apprend avec l’âge… hein?!! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

Recevoir des alertes par email à chaque nouveau billet.

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez ifeelblue sur Hellocoton
%d blogueurs aiment cette page :