À quel âge arrête-t-on de penser que l’alcool, c’est cool?

41

7 septembre 2014 par ifeelblue

alcool

Je me rappelle quand j’étais au lycée et puis ensuite à la fac, on racontait nos cuites comme on racontait nos exploits. Être bourré, c’était cool. Il était impensable de faire une soirée sans alcool. Parce qu’on pensait qu’il était impossible de s’amuser sans alcool. Pourtant, il était fréquent que je me retrouve à tenir les cheveux des copines qui vomissaient et moi-même j’ai fini la tête dans un seau à plusieurs reprises. Mais il faut croire que pour nous, c’était l’éclate totale.

Fort heureusement, tout cela est du passé. Je ne me rappelle plus à quand remonte la dernière fois où j’ai bu plus que de raison. Parce que je n’ai plus besoin de boire pour passer une bonne soirée.

Mais parfois, je tombe sur des gens qui ont encore cette mentalité-là, cette mentalité d’adolescent. C’est parfois subtil, comme un sous-entendu. Un petit sourire en coin en évoquant la dernière beuverie. Parfois je vois sur Twitter une personne qui mentionne avec une fierté à peine dissimulée qu’elle boit beaucoup en ce moment. Parce que pour cette personne, c’est toujours cool de s’en mettre plein la tête. Et ce qu’il y a de plus important dans la vie, c’est de paraître cool. Mais quel âge as-tu?

Et puis il y a ce gars qui s’est enfilé une bouteille de whisky en 15 secondes. Bien sûr, il s’est filmé. Parce que c’est tellement cool d’être déchiré et de montrer au monde entier une « expérience » ultra dangereuse. Il a 27 ans.

À quel âge arrête-t-on de penser que l’alcool, c’est cool?

 

 

source image

Publicités

41 réflexions sur “À quel âge arrête-t-on de penser que l’alcool, c’est cool?

  1. Emma June dit :

    Il y en a malheureusement, pour qui cet âge ne passe jamais…Perso, je trouve qu’au delà de 25 ans il est bon de se rendre compte que l’alcool pourquoi pas, mais une murge « est-ce bien utile »?
    Et franchement quand à un baptême des gens de 25-30 ans, incitait mon homme à boire (il ne l’a pas fait), j’étais vraiment dépitée devant tant d’immaturité.

  2. Ninou Crapule dit :

    J’ai jamais penser que l’alcool c’était cool, c’est grave docteur ???

    Nan sérieusement je n’ai jamais eu besoin de boire pour m’éclater, tout simplement, car je déteste perdre le contrôle de moi même. Je ne me suis donc jamais retrouvée à moitié déchiré à me vomir à dessus comme certains « cool ». Cela ne m’a jamais empêchée d’être dans toutes les soirées et mauvais coups à l’époque ^^. Je me sentais déjà un peu « décalée » à l’adolescence fasse à ce genre de comportement mais je me suis dis « oh c’est l’histoire de quelques années » mais aujourd’hui, j’ai 24 ans et quand je vois que beaucoup de jeunes de mon âge ne jurent encore que part ça ??? Je ne sais plus vraiment trop quoi en penser ! M’enfin, si ils y prennent du plaisir …

  3. Melgane dit :

    Dans ma classe il y a trois filles (bon, elles n’ont pas une vie facile donc je pense que ça n’aide pas) qui se ramenaient régulièrement avec des bouteilles d’alcool les jours où on finissait tôt, ou qui arrivaient bourrées les jours où l’on commençait tard… Quand je tombe sur des photos Facebook d’anciens amis de collèges qui font des fêtes toutes les semaines et que je vois des tables recouvertes de bouteilles de bière je les plains un peu… Ils sont en train de se bousiller la santé et, vue là où on en est à mon avis dans 4 ans ils y seront encore… Mais comme Ninou Crapule je n’ai jamais bu à une soirée (je ne suis jamais allée à une soirée, ça aide aussi xD).

  4. Ginie dit :

    Perso je n’ai jamais pensé que l’alcool c’était cool… bien au contraire. Je trouve ça bête de boire au point d’en être malade. Je ne supporte pas de voir des gens ivres … enfin surtout si ce sont des gens de mon entourage, les autres ils font ce qu’ils veulent lol

  5. Charlie Dupin dit :

    Je n’ai jamais eu cette mentalité. C’est grave docteur ?

  6. Je n’ai jamais trouvé cela cool de boire à s’en rendre malade. Du coup, je me sentais parfois hors du coup lors de certaines soirées… J’ai l’impression que cela ne passera jamais chez certains et aujourd’hui encore j’ai droit à des réflexions alors qu’entre nous quand j’entends « ce soir j’ai envie de m’amuser donc je bois » je ne sais pas qui est le moins cool des deux!

  7. carrie4myself dit :

    Gros probleme de conscience.
    On ne boit pas vraiment dans ma famille mais un oncle etait alcoolique a battre sa femme; ses filles, adultes, ne touchent toujours pas une goutte d’alcool.
    En GB, a mes debuts, on m’ a presque donne le surnom de « Carrie, I don’t drink ».
    Ensuite j’ai connu l’alcool, ai eu qques fois la tete dans l’c.. ai vecu avec des alcooliques, plus ou moins prononces.
    Une bonne soiree ne se deroule pas que par l’alcool incurgite ou pas mais j’avoue qu’aux concerts ou je vais, jeunes ou pas, tt le monde boit plus qu’il ne faut.
    Et tu regardes certains films (dont les gazelles ou j’ai fait un article dessus) c’est exactement ca aussi.
    Phenomene de societe? ou les gens ne savent plus s’amuser sans avoir bu? ou boire a outrance est devenu « fun »?
    Triste, vraiment triste.

    A quel age doit on arreter? je pense que tant que tu vis avec un entourage aimant boire, tant que tu le supportes, bah tu continues…..car l’alcool est une drogue, une vraie drogue.

    • ifeelblue dit :

      je connais quelqu’un dont le père était alcoolique et cette personne ne boit pas, je pense que ça montre bien à quel point l’alcool n’est pas fun du tout… ça laisse des cicatrices… c’est une drogue, effectivement, mais une drogue socialement acceptée et encouragée…

  8. Pimpf dit :

    boire un petit peu entre amis pourquoi pas, mais de la à se rendre malade non ce n’a jamais été mon truc, et pour répondre à ta question tout est fait dans la vie étudiante et surtout après le bac que pour toutes les soirées étudiantes sont alcoolisées ( d’ailleurs qui sont les sponsors des soirées? les marques d’alcool) et certains quand ils démarrent leurs jobs continuent dans le même ryhtmes en sortant « ouais cool ce week-end je me suis déchiré la face » sauf qu’au boulot à force ça laisse des traces le lundi matin, dès 25/27 ans pour la majorité ils réduisent le rythme, d’autres malheureusement sombrent dedans….

    • ifeelblue dit :

      ah les soirées étudiantes, c’est clair que ce sont de grosses beuveries. Et tu as raison, avec les emplois du temps légers des étudiants, ça passe tranquille et une fois dans la vie active, c’est une autre histoire!

  9. pomdepin dit :

    Cet été, j’ai revu pas mal de vieilles connaissances, comme à chaque retour en France. Cette fois, il y en avait une que je n’avais pas vu depuis presque 20 ans. Elle n’a pas changé. Du tout. Comme tu dis, à raconter ses dernières beuveries et pire. Elle a 40 ans dans quelques jours. Ça m’a profondément déprimé.

  10. maviedebrune dit :

    Et oui, c’est dommage de voir que ça existe encore les gens qui ne peuvent s’amuser qu’avec 2grammes d’alcool ! C’est dommage pour eux surtout, moi, et mon coca on s’est très bien faire la fête 🙂

  11. Marie Kléber dit :

    En Irlande j’ai travaillé avec des gens qui avaient la trentaine passée et qui pensaient comme ça (bon après l’irlande c’est peut être une histoire de culture). En tous cas, je n’avais jamais vu autant de gens « adultes » se prendre des cuites en même temps…

  12. blueedel dit :

    Tiens c’est amusant ce billet… Dans les pubs de dimanche dernier avec les super héros, j’ai hésité à mettre celle où justement un super héros qui avait trop bu ne pouvait sauver un homme d’une fatale chute ! Une pub anti alcool !
    L’alcool c’est pas si cool. J’aime bien certains alcools mais pas pour me rendre pompète ! Juste un verre… une occasion quoi !
    Et contrairement à ce que l’on peut croire, on peut aussi s’amuser sans être bourré comme un coin. Certaines personnes ne comprendront jamais que l’alcool n’est pas la solution et malheureusement je crains que certains n’y mettent aucune limite d’âge !

    • ifeelblue dit :

      oui moi aussi j’aime bien prendre un verre de temps en temps, quand je rentre en France j’en profite pour boire du vin, etc… mais de là à boire pour se bourrer la tronche, nope…

  13. Délia dit :

    On passe tous par cette phase là, la mienne a été un peu tardive (comme ma première vraie cuite, horrible, le 23 juin 2013, après le mariage de mon cousin, j’ai pas re-bu depuis tellement ça m’a traumatisée haha) mais elle m’est vite passée.
    Quand j’y repense, j’imagine que ça doit être une sorte de passage obligé, dans le genre « test des limites », mais maintenant je ne vois plus du tout l’intérêt.
    J’ai arrêté de cotoyer les personnes avec qui je passais du temps pendant cette période, majoritairement des garçons, mais eux sont toujours dans ce trip, et j’ai un peu l’impression que ça témoigne d’un manque de maturité de se faire des soirées jeux d’alcool et spécial murge, mais j’dois être une vieille aigrie haha.
    Pour le coup, je ne suis pas non plus réfractaire à un bon mojito ou un verre de champagne, parce que je trouve ça bon, mais mon corps a trouvé la technique imparable : ayant des problème de nez, dès que je bois deux verres, mes vaisseaux se dilatent, j’ai le nez bouché et je me mouche comme une dingue. Donc en général, je m’arrête là parce que boire de l’alcool sans la saveur, c’est pas ce qu’on fait de meilleur (amertume & co coucou).
    Je ne regrette pas cette période là non plus mais je suis contente qu’elle soit derrière moi, l’âge de la fin de ce sentiment doit vraiment beaucoup varier selon le sexe selon mes observations personnelles 😉

    • ifeelblue dit :

      ahah moi aussi je dois être une vieille aigrie 😀 c’est fou ton histoire de nez bouché!
      je pense aussi que c’est une phase où on veut expérimenter, s’émanciper, etc et je ne regrette pas non plus car il ne s’est jamais rien passé de grave. Par contre, quand certaines personnes restent bloquées dans cette phase, je trouve ça vraiment triste.

  14. Amélie-Marie dit :

    C’est fou, j’y pensais dernièrement ! J’ai eu cette phase hyper tard (merci l’asociabilité !), quand j’eu fini la fac (la fille qui finit la fac, et qui fait les soirées étudiantes après). Je crois qu’à la troisième cuite, je me suis dit « plus jamais ». J’ai réalisé – pour mon cas – que je fuyais pas mal de choses à enchainer les soirées, et j’ai trouvé ça triste.

    Depuis que je suis au Japon, j’ai eu des occasions d’aller boire, mais je suis (très souvent) la première à m’arrêter, et on me pousse pas mal (« roh allez »). Je dois tenir bon, car je sens très très bien où sont mes limites (3 cuites auront suffit pour comprendre x) ), et mes connaissances / amis insistent toujours assez lourdement. Parce qu’apprécier un ou deux verres ne semble pas suffisant (à leurs yeux).

    J’ai aussi quelques contacts qui font énormément la fête, et effectivement, qui semblent s’en vanter (perte de mémoire, chute dans les escaliers etc). Je ne sais pas quoi en penser, sincèrement. Est-ce être ado ? Est-ce que ça ne cache pas plutôt quelque chose de profond ? J’ai beau affirmer qu’une bonne soirée peut se passer d’alcool (ou d’abus) et qu’une boisson soft suffit à m’enivrer (de joie!), ces personnes ne me croient pas.

    • ifeelblue dit :

      je pense aussi que parfois, on boit ou on enchaîne les sorties pour fuir quelque chose. On oublie, on se réfugie dans l’alcool ou les soirées pleines de monde, pour éviter de penser ou d’affronter certaines choses.

      Moi aussi je ne tiens pas l’alcool donc il m’en faut peu pour être pompette 😉 et je connais mes limites, je sais ce qu’il se passe au-delà et ça me donne pas envie. Quand tu es la seule personne sobre à une soirée où tout le monde est torché, ça te donne encore moins envie de boire, je trouve!

  15. jaiecrit dit :

    Je n’ai jamais pensé que l’alcool était cool, que ce soit maintenant ou avant. On m’en a vanté les mérites mais je m’amuse tout autant sans et même mieux que certains qui ont bu, et tac :p

  16. heylinaa dit :

    Je n’ai jamais été attirée par l’alcool, peut-être parce que j’ai pû voir les dégâts que ça pouvait causer chez certaines personnes. Du coup, je n’ai jamais bu plus que de raison … Je sais que je tiendrai très mal l’alcool de toute façon. Et quand je vois certains amis qui finissent encore leurs soirées à vomir dans un caniveau … on va dire que je ne suis pas jalouse ^_^

  17. La Carne dit :

    j’étais une ado ringarde. Je ne buvais pas du tout. J’ai pris ma première cuite à 28 ou 29 ans! elle a été tellement raide que je n’ai pas bu une goute d’alcool pendant des années (j’ai trinqué à mon mariage au jus d’abricot)… et puis j’ai repris gout à prendre un verre de temps en temps. c’est agréable. C’est bon. vendredi dernier, on a fêté un truc avec nos anciens voisins. j’étais bourrée. Je crois qu’on peut le dire. Pas malade. mais bien faite. C’était drôle… parce que rare… mais rien de cool la dedans. J’étais une ado ringarde et je suis un adulte adulte 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

Recevoir des alertes par email à chaque nouveau billet.

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez ifeelblue sur Hellocoton
%d blogueurs aiment cette page :