Une histoire d’aéroport

52

27 juillet 2014 par ifeelblue

aeroport

Quand on leur avait annoncé que le vol serait retardé, tous les passagers avaient soupiré. Tous les passagers, sauf lui. Il était tellement habitué à ces retards, à ces périodes d’attente entre deux vols, à ces imprévus qui bouleversaient son emploi du temps chargé. En y réfléchissant, il passait plus de temps dans des avions et des aéroports qu’au bureau. Et puis il s’y attendait. Cette tempête de neige était annoncée depuis quelques jours et il savait très bien que les risques qu’il passe une partie de sa soirée à l’aéroport de Montréal étaient élevés.

Il sortit son téléphone de sa poche et envoya un email à sa secrétaire pour la prévenir de la situation. Peut-être faudrait-il décaler son rendez-vous du lendemain avec le client. Il la tiendrait au courant.

Il replaça le téléphone dans sa poche et se dirigea vers un restaurant, à deux pas de sa porte d’embarquement. Il était lessivé de sa journée et avait besoin de se détendre. Il commanda une bière et un sandwich. Hors de prix mais pas trop mauvais. Entre deux bouchées, il passait en revue le contenu de sa boîte mail. Il n’avait plus beaucoup de batterie alors il coupa son téléphone (il le rechargerait plus tard) et commença à regarder autour de lui.

Certains passagers devant prendre le même vol que lui avaient aussi opté pour ce restaurant. Ce jeune couple, sur sa droite, par exemple. Et puis le moustachu, tout au fond, il en faisait partie aussi, non?

Il regarda sa montre. Encore trois heures à tuer. Il commanda une deuxième bière et desserra sa cravate. Il jeta un coup d’œil au couple, à la table de droite. La jeune femme s’était rapprochée de son compagnon pour pouvoir laisser reposer sa tête sur son épaule pendant qu’il lui caressait tendrement les cheveux.

Il pensa alors à sa femme. Que faisait-elle en ce moment? Il l’appellerait demain matin. Elle lui avait envoyé une photo de son ventre pendant qu’il était en réunion, il ne l’avait vue que deux heures plus tard. En objet de l’email, elle avait noté : « J-15, en mode baleine échouée ». Il avait juste eu le temps de lui répondre qu’elle était magnifique et qu’il aimait son ventre de femme enceinte, avant de sauter dans un taxi. Il savait qu’elle souffrait de son absence. En temps normal, et surtout en ce moment. Elle ne le croyait pas quand il lui expliquait qu’il n’avait pas le choix, que c’était son travail qui voulait ça. Elle disait qu’on avait toujours le choix et qu’il ne restait jamais longtemps à la maison parce qu’il aimait ça. Il aimait se sentir débordé, il aimait ne jamais dormir deux soirs de suite au même endroit, il aimait voyager. Cinq années de disputes lui revinrent en mémoire et il grimaça.

Après avoir payé son repas et soigneusement rangé sa facture dans son attaché-case, il retourna près de sa porte d’embarquement. Il observa un long moment une jeune mère bercer son bébé en faisant les cent pas entre les allées de sièges. Il échangea quelques mots avec un vieux monsieur qui jugeait ce retard inadmissible. Et puis il ferma les yeux et s’assoupit.

Quand il se réveilla, il réalisa que l’embarquement n’allait pas tarder. Voyageant en classe affaires, il ferait partie des premiers à monter dans l’avion. Il se rappela soudain que son téléphone était coupé et il le ralluma. Parmi tous les messages, il remarqua immédiatement le texto envoyé depuis le portable de sa femme. Elle avait accouché plus tôt que prévu. Cette nuit.

Il n’y avait plus que lui dans la zone d’embarquement et l’hôtesse appelait son nom pour la troisième fois au micro quand il l’entendit enfin. Il se sentait engourdi, comme quand on se réveille après une sieste. Il se frotta les yeux, puis il se leva et se dirigea d’un pas rapide vers l’hôtesse, son billet à la main.

source image

________________________

C’était ma participation à la deuxième séance de l’Atelier des jolies plumes, un atelier d’écriture virtuel créé par Célie et Fabienne. Chaque mois, nous recevons un thème sur lequel écrire. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez écrire à latelierdesjoliesplumes@gmail.com.

Le thème de ce mois était:

« Hall d’aéroport, quai de gare, siège arrière d’un taxi, aire d’autoroute. Il y a ceux qui partent, ceux qui arrivent, ceux qui fuient, ceux qui attendent. Et il y a vous/votre personnage. »

Je mettrai cet article à jour avec les liens vers les autres participations au fil de la journée. 😉

Publicités

52 réflexions sur “Une histoire d’aéroport

  1. J’ai tellement à fond dans ton histoire que j’en ai brulé mes crepes et à deux reprises !!! 🙂 joliment bien ecrit miss Blue 😉

  2. TheMouse dit :

    Ah la la… Je suis « entrée » dans cette histoire tellement rapidement qu’il me faut la suite!!! Magnifique! 🙂

  3. Illyria dit :

    Très touchante cette histoire… Qui laisse un peu perplexe parce que ce que n’est pas écrit explicitement la pensée de l’homme sur l’accouchement de sa femme pendant qu’il n’est pas là, à nous nos interprétations et c’est un peu frustrant ^^

  4. Melgane dit :

    Je crois que tu pourrais presque sans peine en faire un roman ! 🙂

    • ifeelblue dit :

      ouhlala je pense pas, je crois que j’ai jamais fini un roman. Trop long, trop compliqué 😉

      • blueedel dit :

        Ca viendra un jour.. J’imagine que les idées sortent trop vite et que tu voudrais tout coucher sur le papier avant d’avoir fini… 😉 mais un jour tu noteras tout ça, tu finiras par faire les liaisons entre les idées et tu articuleras… C’est déjà ici très bien écrit, y’a donc quelque chose qui ressortira de toutes ces petites nouvelles ! En tout cas je te le souhaite !

        • ifeelblue dit :

          merci beaucoup ❤
          en fait le souci avec le roman, c'est d'avoir une histoire suffisamment étoffée pour qu'elle dure, entrer dans les détails, les descriptions… ce qui n'est pas le cas avec les nouvelles.

          • blueedel dit :

            Le but de la nouvelle c’est effectivement de faire court MAIS l’exercice consisterait à reprendre cette nouvelle et à ce que tu l’as fasse grossir en rajoutant justement du détails et de la description 😉

          • Melgane dit :

            Tu peux commencer avec une nouvelle un peu plus longue, quelque chose dans les 10 000 ou 20 000 mots pour te donner une idée, rajouter quelques descriptions, penser à une intrigue un peu plus étoffée si besoin, et de fil en aiguille tu auras tellement d’idée que tu ne pourras plus t’arrêter avant d’avoir pondus 50 000 mots 😉

            • ifeelblue dit :

              ahah ça serait chouette si ça pouvait se passer comme ça 😉

              • Melgane dit :

                Mais ça peut se passer comme ça ! En fait l’inspiration c’est ce qui te sert à avoir l’idée, moi mon inspiration ça a été une tueuse à gage dans une espèce de corporation de tueurs à gage et l’idée générale qui entoure le monde dans lequel elle vit. Mais ensuite pour savoir comment j’allais tourner mon histoire il n’a plus été question d’inspiration mais de réflexion. En fait l’inspiration c’est ta rampe de lancement, mais ensuite si tu n’actionne pas les moteurs tu ne vas forcément pas voler (c’était la métaphore la plus pourrie de l’Histoire xD).

  5. pomdepin dit :

    Très bien écrit…mais stressant pour moi! A chaque fois, c’était la hantise, que Marichéri ne soit pas là (il a toujours été là)

  6. heylinaa dit :

    C’est juste magnifiquement bien écrit. On se sent directement transportés dans l’histoire que tu racontes 🙂 !

  7. Miss Blemish dit :

    Ce texte est sublime… Je prends du souvent l’avion que tu as retranscris tout ce que je ressens dans cette habitude, j’ai vu tes personnages, parfaitement croqués, vivants, parfaits. Ton histoire est vivante. On est embarqué, on imagine ce qui se trame derrière les non-dits, l’homme d’affaire, la femme, les disputes, les doutes… Bref j’ai adoré et j’en demande ENCORE !!

    Merci merci merci pour ta participation !
    Bises

  8. dbo dit :

    Belle histoire ! j’étais transportée !
    et merci pour la découverte du groupe 🙂

  9. Maman raconte dit :

    C’est très beau et aussi melancolique, j’ai pris beaucoup de plaisir a te lire… Tu m’as donné envie de participer a cet atelier d’écriture ! Merci

  10. Lizzie dit :

    J’ai beaucoup aimé ton histoire ❤ On est embarqués très vite dans ton histoire, il y a une jolie atmosphère. 🙂
    Bravo !

  11. Ahlala je suis laissée prendre tout de suite au jeu de tes mots….
    Une très belle histoire bien écrite … comment ne pas se laisser prendre ? 😉 😉
    Ehh bah oui on ne demande qu’une suite !!!!

  12. Mignardises dit :

    Belle histoire, très bien écrite. Je me demande si la femme à vraiment accouché ou si c’est un rêve . Ton texte peut être interprété de plusieurs manières. J’aime beaucoup

  13. […] textes des autres participants : Illyria – Ma Vie de Brune – I feel Blue – Lizzie […]

  14. lexieswing dit :

    J’aime beaucoup, je posterai ma propre participation demain. Je suis déçue qu’il n’ait pas fait demi tour 😉

  15. […] autres textes : Illyria – Ma Vie de Brune – I feel Blue – Lizzie Austen – Miss […]

  16. […] en cliquant sur leur pseudo : Dans tes yeux – Ailhobelieve – Lexieswing – Missblemish – I Feel Blue – Hello It’s Alex – Always Chasing The Sun – Ma vie de Brune – Maman […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

Recevoir des alertes par email à chaque nouveau billet.

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez ifeelblue sur Hellocoton
%d blogueurs aiment cette page :