Objectif des vacances : ne pas étrangler mes parents

54

3 juillet 2014 par ifeelblue

parents

Quand on me demande si ce n’est pas trop dur de vivre à plusieurs milliers de kilomètres de mon pays d’origine, je réponds que l’éloignement est parfois difficile à vivre. Que ma famille et mes amis me manquent.

Et puis il y a des jours où je me dis que le Canada n’est pas assez loin et que je devrais partir vivre en Alaska. Comme aujourd’hui, par exemple. Mes parents sont en visite chez moi depuis quelques jours et je n’en puis plus.

Presque une semaine passée quasiment 24 heures sur 24 avec eux. Ensemble du lever au coucher. À devoir supporter le disque rayé qu’est ma mère et l’arrogance de mon père. Mon seuil de tolérance a été dépassé au bout de trois jours. Alors je prends sur moi, je respire, je me dis que ce sont des personnes âgées, que je m’en mordrais les doigts quand ils ne seront plus là. Je culpabilise aussi. Beaucoup. Je me dis que je suis une mauvaise fille. Ils ne sont pas méchants après tout. Ils ne font pas exprès. Ils sont plein de bonnes intentions.

Pour quelqu’un d’extérieur, ils sont un peu saoulants mais pour moi, ils sont carrément insupportables. Après tant d’années passées à leurs côtés, le vase est plein en permanence et la moindre goutte d’eau le fait déborder.

Parallèlement, j’ai réalisé que j’en veux énormément à ma mère d’être si anxiogène, si angoissée, d’être la principale raison pour laquelle je suis moi-même quelqu’un d’angoissé. Ça ne sert à rien de lui en vouloir, c’est puéril. Mais c’est plus fort que moi.

J’ai des amies qui s’entendent super bien avec leurs parents. Au moins avec leurs mères. Elles s’appellent régulièrement, font des sorties mère-fille, discutent pendant des heures dans la joie et la bonne humeur. Comment font-elles? Quel est leur secret?

Je ne sais pas si c’est moi qui suis particulièrement intolérante ou si mes parents sont particulièrement casse-couilles. Mais aujourd’hui, ils sont partis se promener tous les deux pendant que je travaillais, et ça m’a fait un bien fou.

 

 

source image

Publicités

54 réflexions sur “Objectif des vacances : ne pas étrangler mes parents

  1. Mathilde dit :

    Ah ah ton article me fait penser à ma famille quand elle me rend visite, des jours la coupe est pleine et ils me saoulent, une fois qu’ils sont loin je m’en veux… il faut croire que c’est ça d’avoir des parents. Par contre les sorties mère fille c’est pas trop notre truc mais j’envie les filles qui vivent ça!

  2. Jasmin dit :

    Leur as tu dit? Parfois ça fait du bien.

    Ma mère aussi est très très angoissée mais j’ai l’impression qu’elle fait des efforts, surtout depuis que je lui ai dit ma façon de penser l’été dernier.

    COURAGE et bisous 🙂

  3. carrie4myself dit :

    J’aime mes parents et suis incapable de les affronter.
    Je connais leur defaut et m’en accomode.

    La distance augmente le stress, l’angoisse aussi. On veut tout accelerer, pour en profiter un max et …..resultat tu etouffes.
    J’espere que leur fin de leur sejour sera plus douce pour toi 😉

  4. Ginie dit :

    C’est bizarre… cette nuit je rêvais que je re-vivais avec eux et que je pleurais tout le temps comme il y a quelques années de cela :-/ Je peux te comprendre, la distance nous a fait du bien à mes parents et moi, et quand j’y retourne (assez régulièrement n’empêche) cela n’est plus comme avant… certes nous ne sommes pas devenus les meilleurs amis du monde mais tout se passe super bien (et ils sont « âgés » aussi). Bref… tout le monde ne réagit pas de la même façon, et les histoires de vie sont différentes. Courage ♥

    • ifeelblue dit :

      oui pour moi aussi la distance (a) fait du bien, elle a permis d’apaiser certaines tensions. Du coup quand on se retrouve comme ça, sur la durée, y a plein de trucs qui remontent.
      C’est cool si pour toi ça se passe super bien, je t’envie 😉

  5. Pimpf dit :

    On peut aimer à fond ses parents et ne plus pouvoir passer trop de temps ou du moins tout un mois ensemble. J’adore mes parents quand je vivais avec eux je m’accommodais des habitudes et « rites » de chacun mais dès qu’on prend son indépendance et qu’on vit à sa manière et son rythme, c’est difficile de revenir en arrière. Par contre je suis assez d’accord même si ce n’est pas facile, de prendre du temps , d’adapter ses mots pour dire qu’on est pas sur les mêmes rythmes et que certaines attitudes peuvent être perturbantes ça permet parfois de remettre les choses à plat mais si on ne peut pas se dire la vérité avec ses proches (en particulier) c’est qu’il y a un souci de communication à régler en amont.

    • ifeelblue dit :

      je suis tout à fait d’accord avec toi, le retour en arrière est vraiment délicat à gérer. Je le ressens quand je rentre en France et que je passe quelques jours chez eux, je pensais pas trop le ressentir dans ce sens-là, lorsque c’est eux qui viennent chez moi.
      Et ouais, y a des soucis de communication dans ma famille et je suis pas sûre qu’il soit possible de les régler…

  6. heylinaa dit :

    A chacun sa propre relation avec ses parents et je ne pense pas que cela fasse de toi une mauvaise fille 😉 Pour ce qui est de culpabiliser je peux te comprendre car parfois j’ai tendance à m’emporter et à perdre patience trop rapidement (encore plus si je suis stressée et/ou fatiguée), je me rends vite compte que c’est stupide mais on a tous nos petits travers.

    Personnellement j’ai toujours été très proche de ma mère, j’aime énormément mon père aussi mais notre relation est différente, moins « fusionnelle ». J’ai commencé à mieux m’entendre avec lui depuis qu’on ne vit plus H24 dans la même maison … parce que du coup il n’y a plus les tensions quotidiennes, on partage de bons moments, c’est plus « zen » et ça fait un bien fou !

    Courage va ♥ Et si jamais tu te sens de le faire, tu peux leur dire en douceur que telle ou telle chose te dérange 😉

  7. blueedel dit :

    Et bien ton chat a vachement grandi !!!!

    Trève de plaisanterie. Tu n’as pas à culpabiliser, ça c’est le premier point. Tes parents, tu ne les changeras pas, plus. Il faut pouvoir se détacher mais c’est trop compliqué parce que justement 24h sur 24, c’est du mission impossible !
    Mon ex-mari voit sa mère comme toi une fois de temps rarement, puisqu’il est lui même expatrié… Malgré notre divorce, j’ai encore des échos des moments où ils se retrouvent et d’après mes enfants, ça empire. Le premier jour, je t’aime… Le second, tu commences à me gaver… Le Troisième, je te hais… Le pire c’est que lui est très dans le verbe et donc les mots fusent avec une violence incroyable. Même à un chien on ne parlerait pas aussi mal c’est dire. Et pourtant monsieur ex adore sa mère, il n’a qu’elle (il a perdu son papa très jeune).
    Dans ce cas de figure, l’angoissé de service c’est monsieur ex.. Elle, elle vit dans un passé et dans un souvenir révolus, lui il vit dans un monde qu’il voudrait parfait et il manipule tout ce qui bouge. Bref comme tu peux le voir, on a tous des profils très différents mais en grandissant, on est devenus des enfants grands et on prend le pouvoir quelque part.
    Chez toi, comme chez d’autres, il y a le respect qui te fait dire « allons allons ils ne sont là que quelques jours, restons zen », mais c’est juste insupportable et le pétage de câble est là.
    Beaucoup de parents ne voient pas leurs enfants grandir et parce qu’ils sont parents, ils s’arrogent le droit de le rester en considérant que tu es toujours une gamine !
    J’ai vécu un peu ça avec mon papa et puis un jour, dans la quarantaine, il a eu un autre regard sur moi, une autre façon de s’adresser à moi. J’étais une femme, plus une petite fille…
    Tes parents ne se rendent pas compte et ne veulent peut être pas s’en rendre compte…
    Il n’y a juste aucune honte à avoir… ils sont insupportables, veulent régenter ta vie alors que tu n’es plus justement leur petite fille… Quand ils rentreront tu seras soulagée mais tu t’en voudras quand même parce que bin oui tu es leur fille et quelque part ça te gênera …
    Allez hop au diable, on s’en fout que tu culpabilises, on s’en fout que ça te gêne. Impose toi ! Si eux cela ne leur convient pas, il faut qu’il comprenne que tu n’est plus la gamine à couette !

    Ta vie, aujourd’hui elle est là au Canada avec Monsieur Blue, tes amis… Cette parenthèse familiale -quasi obligatoire- n’est justement qu’une parenthèse et tu dois t’en convaincre. Quand ils rentreront, tu seras lessivée mais bon tu les auras vus quand même. Tu sais qu’ils te feront des réflexions avant, pendant et après… tu t’en fiches encore une fois, ta vie de tous les jours, c’est celle que tu nous montres dans tes photos, tes sourires, tes folies, tes coups de blues… Ta vie à toi, tu es en train de la construire à ton image et à celle de Monsieur Blue. C’est ça à quoi il faut que tu penses et forte de tes expériences, ta vie ne sera pas celle de tes parents et un jour quand tu seras maman, tu te rappelleras de bonnes choses que tu pourras appliquer dans ton éducation et les autres, celles que tu voudras modifier et tu y arriveras parce que tu es capable de remises en question !

    Bon j’arrête de tartiner là !!! rhoooo, on va encore dire que je suis bavarde !

    • ifeelblue dit :

      je réponds à ton commentaire plus tard, je dois m’absenter et je veux prendre le temps de bien faire 😉

    • ifeelblue dit :

      héhé ouais mon chat devient un peu imposant 😉

      Je pense comme toi que je ne les changerai pas. J’ai essayé plusieurs fois de faire comprendre certaines choses à ma mère, en vain. Cette semaine elle m’a sorti les mêmes trucs qu’elle radote depuis 20 ans. Avant, je me fatiguais à répondre et à essayer de lui faire comprendre qu’elle exagère. Maintenant, je n’essaye même plus, je sais qu’elle ne veut/peut pas l’entendre. Quant à mon père… c’est la même, il n’entend que ce qu’il veut bien entendre.
      Après, comme je le disais, ils ne sont pas méchants, ils m’aiment, je les aime, mais certains traits de caractère me sont devenus insupportables. Et les angoisses de ma mère sont juste ingérables. Le pire étant que je me vois en elle par rapport à ça, et donc ça me rend la chose vraiment insupportable. Ahah j’ai l’impression que le mot qui revient le plus souvent est « insupportable » 😀 Mais comme tu dis, quand ils vont partir, je vais trop m’en vouloir…

      C’est marrant, le changement de regard de ton père à la quarantaine. Comme si un déclic s’était opéré. Et j’imagine que ça a changé votre relation père-fille.

      Le truc de « quand tu seras maman, tu te rappelleras de bonnes choses que tu pourras appliquer dans ton éducation et les autres, celles que tu voudras modifier » => c’est justement un truc qui me fait peur par rapport à la maternité, j’ai très peur de refiler à mes enfants (tant qu’à faire de la science-fiction, autant y aller à fond et dire que j’en aurai plusieurs!) tous ces défauts que mes parents m’ont refilé. Surtout le caractère angoissé. J’ai vraiment pas envie de le transmettre. Alors j’espère vraiment que ça se passera comme tu le dis, que j’arriverai à avoir suffisamment de recul pour ne pas merder!

      Breeeeeeeef, merci pour ton commentaire, tu devrais être coach 😉 ❤

      • blueedel dit :

        Coach ? oh non … arrête je vais rougir… non j’ai rougi !
        Tu sais, la maternité change vraiment une personne et là je ne parle pas de tes parents qui t’abreuveront de conseils… Et là une mise en garde, tu dis « amen » à tout ! Car de toute façon, dans la vie de tous les jours, ils ne seront pas là dans ta vie à toi, à vous 🙂

        Ensuite, sur ton hypothétique héritage… Ma bichette, on hérite tous de papa et de maman. Mais on a aussi NOTRE particularité, notre individualité et puis ne pas oublier, on a sa MOITIE et c’est votre couple qui va évoluer par rapport à un enfant, une éducation à donner… Alors bien sûr certains conseils seront bienvenus mais les époques ont changé et les méthodes aussi. Je n’aime pas donner de conseil à une femme enceinte mais je lui dis souvent « écoute ton corps et écoute toi, TOI ».. ça fait déjà une énorme différence.
        Au premier enfant, je t’avoue que j’étais en panique, monsieur ex est reparti bosser en Allemagne et j’avais un tout petit machin horrible et ça me faisait peur tu n’imagines pas… j’avais Maman avec moi, mais bon c’est une crème… elle m’a donné des conseils et à chaque fois elle ajoutait « enfin tu en feras à ta tête comme toujours »… donc forcément j’écoutais un peu plus hi hi…

        Mon père était lunatique, une cata… Or, je ressemble non seulement physiquement à mon père, mais j’ai aussi beaucoup de ses traits psychologiques… J’avais peur entre autres d’être lunatique… d’être aussi dur et sévère que lui… Ma vie a changé pourtant parce que forte des mes expériences et de ma relation, j’ai réussi à me remettre suffisamment en cause (d’ailleurs je le fais souvent) ce qui m’a permis de comprendre que c’était moi aujourd’hui le parent… moi le « chef d’entreprise » car indirectement on est ça …

        Le déclic de mon père, je pense que ça a été surtout mon divorce, j’ai tout géré en partant de rien et je pense qu’il était fier, mais d’une génération où on a du ma à dire « je t’aime » ou « je suis fier »… et puis un jour c’est venu comme ça… Malheureusement il est parti trop vite et il me manque… beaucoup 😦

        Certains parents sont de vrais casse-noisettes.. Mon ex belle mère était juste épuisante, mais bon quand elle venait je prenais mon mal en patience… ahoummm…. j’ai beaucoup appris justement de ces situations.

        Donc n’aie pas peur d’avancer… tu auras des traits de tes parents, oui, mais tu le sais justement 😉 et ça ça fera toute la différence 😉 Et puis tu es d’une bonne nature, ça se sent dans tes mots et je compte sur Monsieur Blue pour équilibrer 😉

        • ifeelblue dit :

          je suis désolée pour ton père 😦 les meilleurs partent toujours trop tôt!

          comme tu dis, j’ai Monsieur Blue pour équilibrer 😉 et je pense que quand on a conscience de nos « travers », il ne tient plus qu’à nous d’essayer de les corriger et de faire des efforts pour ne pas trop les transmettre. Et puis, la perfection n’existe pas, on fait de notre mieux, tout simplement 🙂 avec l’aide des grands-mères (ou pas!) 😉

  8. pomdepin dit :

    Même en vacances, on ne reste pas chez les parents, on loue un truc à côté. Je ne pourrais pas! Ça fait 24 ans que je suis partie, et ça me va très bien. Bref, je compatis. Courage!

  9. Marie Kléber dit :

    On a beau aimé nos parents, il arrive un jour ou on se rend aussi compte que vivre avec eux est un véritable challenge (dixit la fille qui vit à nouveau avec ses parents depuis 18 mois). Je sature et je leur en veux quelques fois de ne pas faire d’efforts, de se chamailler comme des gosses. Ma mère me fatigue avec ses angoisses et ils commencent tous les deux à radoter. Dès qu’on entame une discussion, on en a pour des heures, ils refont le monde. Et je dois avouer que quand ils s’absentent même quelques minutes, je souffle!!!
    Donc pour te dire que c’est tout à fait normal ce que tu ressens…C’est humain…

    • blueedel dit :

      Marie a bien raison ! On grandit, on a nos caractères nos personnalités… un jour on devient grand et pour les parents bin c’est pas le cas… on reste leurs petits qui doivent écouter.. 😉

    • ifeelblue dit :

      je pense que le challenge, c’est vraiment sur la durée. Il faut pouvoir souffler de temps en temps, avoir des moments pour soi. Ton commentaire me parle tellement, je comprends complètement! alors je compatis!

  10. ptibaton dit :

    Tu sais j’ai longtemps été en conflit avec ma mère, elle m’a clairement refilé mes angoisses, certaines phobies, mon père qui ne réagissait pas, puis j’ai fni par lui pardonner tout ça, par me dire qu’en tant que parent ils ont fait de leurs mieux en faisant des erreurs, même si elles étaient très grosses les erreurs, et avec ma mère on a fini par être apaisées, sorties mere-fille, boire un coup en terasse, resto etc.. J’ai 28 ans, et je suis parti a l autre bout de la france et bien depuis 3 mois ca n a jamais été aussi bien, j’ai un peu culpabilisé en repartant de chez eux l autre jour mais moins, c est normal a mon avis ce qui t arrive, car vivre h24 avec ses parents, passé un certain age a mon avis c est compliqué, qu’on les supporte ou non 😉

    • ifeelblue dit :

      moi aussi j’essaie de me dire qu’ils ont fait de leur mieux et qu’ils ne font rien avec de mauvaises intentions. C’est à moi d’être plus patiente et de pardonner, comme tu l’as fait 🙂 ton commentaire me donne de l’espoir alors merci 🙂

  11. maviedebrune dit :

    Bon courage ! C’est logique parfois d’arriver à saturation ♥

  12. boudine dit :

    C’est rigolo comme je me reconnais dans ton article !
    Je suis loin de ma mère, bien moins que toi -600 km- mais du coup on ne se voit pas souvent.
    Quand elle doit venir me voir je suis toujours super contente, elle débarque et au bout de deux heures je n’en peux plus, elle m’insupporte ….. Mon entourage me dit que je ne suis pas sympa, qu’elle est gentille … Je ne dis pas le contraire, seulement je ne la supporte pas c’est plus fort que moi. Alors je prends sur moi mais c’est toujours moins une que ça explose

    • ifeelblue dit :

      ahah ouais c’est exactement ça!
      mais pour l’entourage, je pense qu’ils ne peuvent pas comprendre. On ressent pas les choses de la même façon quand c’est un de nos parents, il y a tout un historique derrière.

  13. eeleesible dit :

    Olalalala comme je te comprends (et j’avais dans l’idée de faire un article dessus, comme quoi xD)
    La fac est finie, du coup je suis chez eux pour 2 mois. Bon ma mère ça va dans l’ensemble, on s’entend bien (même si parfois …), mais alors mon père, c’est juste pas possible. Je vois ton article en plus au moment où je me suis bien pris la tête avec et que je suis super énervée.

  14. Ingrid dit :

    Il faut partir du principe que ce n’est pas parce que ce sont tes parents qu’il faut être pareil qu’eux. Ce n’est pas parce que tu portes leur sang que tu dois penser/faire/aimer les mêmes choses qu’eux. Et puis, je pense surtout que c’est une histoire d’indépendance. Maintenant que tu l’as, il t’est difficile de supporter certaines choses chez tes parents qui, avant de partir, ne te gênaient absolument pas…

    Lorsque je suis revenue chez mes parents après 3 années de couple, la vie fut très compliquée. On se prenait le bec méchamment et pour des conneries. J’ai mis du temps à reprendre ma place, perdre mes habitudes d’indépendante… Il faut se dire qu’ils peinent peut-être à perdre leurs habitudes de parents 😉

    Ma belle-mère est une stressée de la vie. Elle stresse pour tout et rien. Et c’est à cause de ça que nous n’avons pas d’infinités. Elle m’insupporte… J’en ai pourtant mis pas mal sous mes pieds mais au but d’un moment, j’étouffe… Culpabiliser lorsqu’elle partira ? Non. Je ne dis pas que je ne l’aime pas mais je ne peux pas la forcer à être ce que je souhaiterais qu’elle soit (oufti, ça s’est d’la phrase compliquée)

    • ifeelblue dit :

      je suis d’accord avec toi, je pense qu’une fois qu’on est parti, qu’on mène sa vie d’adulte, c’est très pénible de retrouver sa place d’enfant. Et puis là, la proximité et la durée n’aident vraiment pas. Après, comme tu dis, eux ont leurs habitudes de parents et je pense qu’ils nous verront toujours un peu comme des gamins. Ils vont vouloir nous protéger, nous materner…
      Je compatis pour ta belle-mère, moi aussi le stress de ma mère m’insupporte mais je pense que c’est parce que ça me renvoie mes propres défauts, ça me montre comment je serai dans 40 ans si je ne fais pas d’effort pour changer ça…

  15. TheMouse dit :

    C’est « tellement tout trop vrai »… Un mois et demi que mon père fait la tête et nous allons les voir ce we avec ma petite famille… Ça risque d’être ambiance gaspacho (donc froid)!… A suivre!!!

  16. J’ai lu ton article avec attention car je suis dans l’autre camp moi maintenant ! 😀
    J’ai une fille partie au Canada depuis peu. Elle est partie pour un an, et reviendra peut-etre un jour (je dis peut-être car je sais qu’au fond d’elle-même son rêve serait de rester là-bas).
    Bien sur, il y a le manque, mais en premier dans mon coeur, il y a le fait de la savoir heureuse de vivre son rêve. Du coup, même si je suis une mère poule, je ne m’inquiete pas trop (bien qu’elle pense le contraire).
    Par contre, je m’inquiete de son retour dans un an. Comment va-t-elle faire pour supporter de nouveau de vivre en famille, et comment je vais supporter moi aussi de retrouver son « bordel » :D.
    J’aime ma fille, je l’adore, mais comme toi, je sais que certains côtés de sa personnalité seront difficiles à supporter au jour le jour, et je sais aussi qu’elle me trouvera vite saoulante.
    Si je vais lui rendre visite un jour au Canada, il est certain que même si cela me coute financièrement, je n’irai pas habiter dans son appartement. Je préfère louer un petit truc à part pour que l’on ne soit pas l’une sur l’autre sans arrêt et pour lui permettre de me dire : non, là je ne peux pas venir avec toi , j’ai d’autres choses, d’autres personnes à voir.

    Je ne sais pas comment faisaient les familles autrefois pour continuer à vivre parents, enfants ,petits enfants ensemble. De nos jours, nous avons trop d’indépendance pour supporter cela.
    Je m’occupe beaucoup de ma mère depuis la mort de mon père. Je la vois donc tous les jours, et parfois , j’avoue que c’est insupportable d’écouter toujours ses mêmes histoires, ses plaintes… je culpabilise aussi. Mais, je me dis aussi que je dois autant saouler ma fille bien souvent et je comprendrais très bien qu’elle ne me supporte pas. 😀

    • blueedel dit :

      Je réagis de suite à tes propos car je suis à deux doigts de rejoindre ton stade de maman… Fiston a 18 ans. Si pour l’instant, il est très heureux de vivre à la maison, je sais qu’un jour il partira et rien que d’y penser, aie petit pincement au coeur… Mes enfants… Ma plus belle réussite, ce qui aussi aujourd’hui me fait tenir, me fait me battre…. Je sais que ce n’est pas une solution hein ! Mais je sais qu’un jour, l’heure viendra pour chacun des deux de s’envoler et d’avoir leur vie bien à eux… souvent quand on en parle -car oui on en parle ouvertement- je leur dis que j’essayerai de ne pas être envahissante, suis trop indépendante moi pour devenir saoulante mais que surtout surtout si cela devait être le cas, je veux qu’il trouve les mots pour me le dire, me le signaler… On vit ensemble depuis longtemps 😉 mais forcément les vies prennent des tournants différents un jour et nous devons l’accpeter… Si monsieur ex lui a beaucoup de mal (en fait les enfants échappent à son contrôle et il aime contrôler tous ceux qui l’entourent….), je sais que j’aurai du mal mais je sais aussi qu’au fond de moi il y aura toujours autant d’amour et probablement encore plus de fierté de les voir évoluer surtout s’ils trouvent le bonheur et qu’ils entament leur vie d’adulte avec joie…
      Comme toi, je m’occupe de Maman depuis le départ de mon Papa… et comme toi, il y a des fois où je suis à deux doigts de craquer et pourtant Maman, c’est la mère qu’on voudrait tous avoir ! Ce n’est pas évident tout cela mais en grandissant, je me répète, mais on acquiert tous une autonomie, d’autres conceptions de la vie et puis on partage la vie avec d’autres qui sont encore différents, que cela plaise ou non…
      Le plus gros effort pour nous parents, c’est de savoir un jour accepter et respecter 😉
      C’était la minute « moi aussi j’y pense parfois » de Blue 😉 hi hi

    • ifeelblue dit :

      merci beaucoup pour ton commentaire, c’est très intéressant d’avoir ce point de vue et tes mots me font voir les choses différemment. Le fait que vous aussi, parents, pouvez être saoulés par certains traits de caractères de vos enfants jeunes adultes, c’est très stupide de ma part mais je ne l’avais pas envisagé.

      Comme toi, je ne sais pas comment on faisait jadis pour vivre à 3 générations dans la même maison sans s’entretuer! 😀

      J’imagine qu’en fait, quand on devient parent, on voit certaines choses différemment, ça fait tout remettre en perspective par rapport à ses propres parents…

      encore merci de ton commentaire 😉

  17. ShirleyStar dit :

    Vous n’êtes pas une mauvaise fille! Juste il y a souvent un décalage entre les générations et peut-être un manque de communication…mais parfois même lorsque l’on veut communiquer l’autre ne le veut pas ou ne le peut pas…Etre différente, prendre un autre chemin, avoir d’autres opinions ne fait pas de vous une mauvaise fille, svp enlevez ça de votre tête car c’est se faire du mal et entretenir une culpabilité qu’il n’y a pas lieu d’être. Le souci est que c’est plus facile à dire qu’à faire! Bonne continuation. Et merci pour cet article, il est très intéressant.

  18. Comme ton article me parle mais non pas concernant mes parents mais mon frère … les événements ont fait que l’angoissée que je suis, se retrouve de plus en plus insupportée … comme si j’ouvrais les yeux sur toutes ces petites choses que je n’avais pas remarqué avant…. pas facile de prendre sur soi!!!

  19. Je crois que j’aurais pu écrire cet article mot pour mot, je suis d’ailleurs très perturbée après l’avoir lu 😀 Le côté « mère angoissée » qui rejaillit sur soi, c’est pile ce que je vis et ce dont j’essaie de me débarasser. C’est un héritage pas facile, mais j’espère y arriver, et toi aussi 😉

    • ifeelblue dit :

      bon on a donc les mêmes parents, salut sœurette 😀
      non ce n’est pas facile (du tout du tout), parfois c’est même désespérant en ce qui me concerne car j’ai l’impression de lui ressembler de plus en plus… mais j’espère vraiment arriver à m’en détacher, et je te souhaite la même chose 🙂

  20. La Carne dit :

    demain, je serai chez mes parents… et ça pour 2 semaines. J’angoisse. Je sais que passées les deux premières minutes, je ne les supporterai plus… quand ils viennent sur l’ile, ils vont à l’hôtel. je ne culpabilise pas. Ils m’ont assez fait chier. je prends ce qu’il y a à prendre et le reste… ben merde! Mais j’avoue, quand je vois des amies avec leurs parents, dans des relations douces, apaisantes, joyeuses, j’admire… j’envie!

    • ifeelblue dit :

      aaah je savais pas que tu rentrais en vacances, c’est cool! 🙂 2 semaines ça fait long, à moins que tu prévois des trucs de ton côté, sans être avec eux H24… et moi aussi j’envie ceux qui ont des relations tellement sereines avec leurs parents!

  21. […] avec des amis. De pouvoir voir mon neveu grandir. De pouvoir aller manger chez mes parents et ne rester que quelques heures. Avec Monsieur Blue, on fait la (longue) liste des trucs qu’on achèterait lors de nos premières […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

Recevoir des alertes par email à chaque nouveau billet.

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez ifeelblue sur Hellocoton
%d blogueurs aiment cette page :